COLONS


Par opposition à l'intestin grêle ou petit intestin,
le colon est appelé "gros intestin". Il s’étend de la terminaison de l’intestin grêle, c'est à dire depuis l'angle iléo-caecal et sa valvule dans la fosse iliaque droite, jusqu'au rectum, à la charnière recto-sigmoïdienne, dans la région hypogastrique.

1. ANATOMIE DESCRIPTIVE

Il mesure, en moyenne, 1,35 mètre de long.

Il se différencie du grêle par 4 éléments :

* son diamètre plus important qui est d'environ 8 cm à son origine et de l'ordre de 4 cm à sa terminaison.

* sa couleur blanchâtre qui s'oppose à l'aspect rosé de l'intestin grêle

* les bosselures de sa surface, appelées haustrations coliques et séparées par des sillons transversaux, les plis semi-lunaires

* la condensation de la couche musculaire longitudinale en trois bandelettes (ventrale, dorso-latérale, dorso-médiale) et que l'on appelle ténia coli. Sur elles, s'insèrent des petits amas graisseux, les appendices épiploïques.

Le colon est habituellement disposé en cadre dans la cavité abdominale, mais quelque fois un défaut de rotation le met en position dite de mésentère commun, tout le jéjuno-iléon est situé à droite de la cavité péritonéale et tout le colon à gauche.

On lui reconnaît 7 portions , qui occupent tous les cadrants de l'abdomen, sauf celui de la région ombilicale.

2. LES DIFFERENTES PARTIES DU COLON
2.1 - CÆCUM ET APPENDICE

Le caecum et l’appendice se situent dans la fosse iliaque droite. A l'état normal, ils sont mobiles.
2.1.1 - Description

Le caecum représente la portion du colon située au-dessous de l’abouchement du grêle, sous la valvule iléo-caecale. Il forme un volumineux cul-de-sac.

Vue interne de la paroi médiale du cæcum Vue endoscopique de la valve iléo-cæcale
LSV = lèvre supérieure de la valve
LIV = lèvre inférieure de la valve
PS = pli semi-lunaire

Les trois ténia coli (bandelettes musculaires longitudinales) de sa paroi convergent vers le bord médial du caecum où s’implante l’appendice = moyen de repère de l’appendice.

L’appendice est tubulaire. On dit qu'il est VERMIFORME. Il nait sur le bord médial du caecum. Sa longueur est variable (7 à 8 cm en moyenne chez l’adulte). Il présente un méso propre, le méso-appendiculaire.

C’est un organe très riche en formations lymphoïdes qui le rend sensible aux infections -> appendicites.



2.1.2 - Variations

La situation de l’appendice par rapport au caecum est variable : normalement médio-caecal, il peut être pré-caecal, rétro-caecal, ou s’étirer vers le mésentère, en rétro-iléal.

Les variations des accolements péritonéaux font que le caecum et l’appendice peuvent occuper dans la cavité abdominale des positions variables tantôt haute (sous hépatique), tantôt interne (méso-coeliaque), tantôt basse (pelvienne) par rapport à la position normale. Parfois, il est même situé dans la fosse iliaque gauche (mésentère commun).

Variations position appendice

2.1.3 - Rapports

Les principaux rapports du caecum et de l'appendice sont :
* en dorsal :

- le muscle psoas-iliaque (contracture du psoas lors de certaines appendicites : psoïtis)

- les nerfs lombaires (en particulier, nerfs génito-fémoraux) : irradiation vers les organes génitaux

- l’uretère et la vessie : symptomatologie urinaire (dysurie, pollakiurie)

 * en médial : les anses grêles et le mésentère. En cas d'appendicite, possibilités de diarrhée ou à l'inverse de syndrome pseudo-occlusif.

* en latéral et en ventral : la paroi abdominale ventro-latérale

La douleur appendiculaire se projete dans l’aire correspondant au classique point de Mac Burney, (situé à l'union du 1/3 externe et des 2/3 internes d’une ligne joignant l’ombilic à l’épine iliaque ventro-craniale droite).




2.2 - COLON ASCENDANT
2.2.1 - Description

Le colon ascendant occupe la fosse iliaque, le flanc droit et l'hypochondre droit. Verticalement ascendant et limitant avec la paroi la gouttière pariéto-colique droite, il est en grande partie fixe.

Cette fixité de la plus grande partie du colon droit est due à l’accolement du mésocolon au péritoine pariétal. Cet accolement constitue le fascia colique droit (ancien facsia de Toldt droit).

L’accolement est variable en hauteur : il laisse en général le caecum libre et donc mobile. Ce fascia, comme tous les fascia est décollable (intérêt chirurgical)

2.2.2 - Rapports

Il répond :
- au rein droit, en dorsal et cranial
- à l’uretère et aux vaisseaux génitaux droits, en médial et dorsal
- aux anses grêles, essentiellement l'iléon, en ventral et médial.
- avec la paroi, en latéral où il délimite la gouttière pariéto-colique droite.
2.3 - ANGLE COLIQUE DROIT
2.3.1 - Description

On l'appelle aussi angle hépatique en raison de sa position au contact du foie.

Situé dans l'hypochondre droit, il forme un angle aigu ouvert en caudal et ventral. Il est fixe par la poursuite du fascia colique droit et par la présence d'un ligament phréno-colique droit.

2.3.2 - Rapports

Il entre en rapport avec :
° En dorsal : le rein droit
° En ventral : la face caudale du foie sous laquelle il est enfoui, la vésicule biliaire et la partie descendante du duodénum (D2).
2.4 - COLON TRANSVERSE
2.4.1 - Description

Sa portion médiale est mobile.

Le mésocolon transverse cloisonne la cavité péritonéale en deux étages : sus-mésocolique et sous-mésocolique.

2.4.2 - Rapports

* en dorsal et de droite à gauche,

• le rein droit,
• D3 et le processus uncinatus,
• le rein gauche

* en cranial :

• face caudale du foie,
• vésicule biliaire,
• le fond de l'estomac (petite tubérosité) auquel il est réuni par le ligament gastro-colique

* en caudal : l'angle duodéno-jéjunal, l'intestin grêle.

* en ventral : le grand omentum

2.5 - ANGLE COLIQUE GAUCHE
2.5.1 - Description

On l'appelle aussi angle splénique en raison de sa position au contact du pôle inférieur de la rate.
Situé dans l'hypochondre gauche, l’angle colique gauche est plus aigu, plus haut et plus dorsal que l'angle droit.

Il est fixé à la paroi (ligament phrénico-colique gauche, fascia colique gauche).

2.5.2 - Rapports

Il est en rapport avec :

* en médial : La grande courbure de l’estomac
* en dorsal : La face ventrale du rein gauche
* en cranial : La rate qui paraît reposer sur l'angle colique, la queue du pancréas.
2.6 - COLON DESCENDANT
2.6.1 - Description

Il descend dans l'hypochondre gauche, le flanc gauche et dans la fosse iliaque gauche (colon iliaque) jusqu’au bord médial du muscle psoas gauche.

Il ne possède que 2 bandelettes musculaires, ventrale et caudale.

Il est fixe. Son méso est accolé au péritoine pariétal et forme le fascia colique gauche (ancien fascia de Toldt gauche).

2.6.2 - Rapports

Il répond :
* en dorsal et cranial, au rein gauche
* en dorsal et médial, à l’uretère et aux vaisseaux génitaux gauche
* en ventral et médial. aux anses grêles, essentiellement le jéjunum,
* avec la paroi, en latéral, où il délimite la gouttière pariéto-colique gauche.
2.7 - COLON SIGMÖIDE

On l'appelle aussi colon pelvien
2.7.1 - Description

Il se caractérise par :

          * sa situation dans la région hypogastrique.
* sa mobilité au bout d'un méso qui lui est propre.
          * la présence de seuleument 2 bandelettes musculaires, ventrale et caudale.

Le colon sigmoïde forme une boucle d’une longueur variable (20 à 40 cm) descendant sur le côté gauche du pelvis depuis le bord médial du muscle psoas gauche jusqu’à la hauteur de la 3ème vertèbre sacrale, au niveau de laquelle il se continue par le rectum (charnière recto-sigmoïdienne)

Le colon sigmoïde est relié à la paroi dorsale par un méso propre présentant deux racines : l’une gauche, le long du détroit supérieur, l’autre médiane, verticale. Entre ces 2 racines, existe une poche péritonéale, la fosse sigmoïdienne.

Il forme au-dessus du bassin une cloison ou couvercle qui tend à isoler la cavité pelvienne de la cavité abdominale. Cette séparation est tout à fait incomplète, laissant passage aux anses grêles qui plongent dans le petit bassin.

2.7.2 - Rapports

Ses principaux rapports sont :
* Les anses grêles, en cranial et ventral
* La vessie, les organes génitaux, le rectum en caudal
* L’uretère, le pédicule génital et les vaisseaux iliaques gauches en dorsal.
3. DÉFINITION DE COLON DROIT et COLON GAUCHE

En pratique, les différentes portions du colon, du fait de leur vascularisation et de leur fonction différente, sont regroupées en :

* COLON DROIT : s’étend depuis le caecum jusqu’à la moitié droite du colon transverse :

* vascularisé par l’artère mésentérique supérieure,
* jouant un rôle important dans la résorption hydrique.

* COLON GAUCHE : s'étend depuis la moitié gauche du colon transverse jusqu'à la charnière recto-sigmoïdienne

* vascularisé par l’artère mésentérique inférieure
* jouant essentiellement un rôle évacuateur et de réservoir des matières fécales.
4. VAISSEAUX et NERFS DU COLON DROIT
Le colon droit est donc vascularisé par l'artère mésentérique supérieure

4.1.1 - Origine

Naît de la face ventrale de l'aorte, à hauteur de L1.

4.1.2 - Trajet

Oblique en caudal et latéral droit.

4.1.3 - Terminaison

Sur le bord mésentérique de l'iléon, à une distance située à 60 à 80 cm en amont de l'angle iléo-cæcal.

4.1.4 - Collatérales

Outre les artères jéjuno-iléales, l'artère mésentérique supérieure donne sur son bord droit 3 artères coliques droites qui s'anastomosent entre elles

* inférieure, pour la région iléo-caecale (artère iléo-bicaeco-appendiculo-colique)
* moyenne, pour le colon ascendant
* supérieure, pour l'angle hépatique
* parfois, il existe une quatrième collatérale, colique médiale, destinée au colon transverse.


4.2 - VEINES

Elle se drainent selon un schéma analogue vers la veine mésentérique supérieure
4.3 - LYMPHATIQUES

Le riche réseau lymphatique est parsemé de relais ganglionnaires situés le long du colon ou dans le mésentère, le long des vaisseaux. Ils rejoignent les chaînes lymphatiques latéro-aortiques et surtout le nœud rétro-pancréatique.

De nombreux nœuds lymphatiques occupent l’angle iléo-coecal (leur inflammation provoque une adénolymphite mésentérique donnant une symptomatologie d’appendicite).

4.4 - NERFS

Ils proviennent d'une expansion du plexus coeliaque, le plexus mésentérique supérieur situé autour de l'origine aortique de l'artère mésentérique supérieure.

5. VAISSEAUX et NERFS DU COLON GAUCHE

Le colon gauche est vascularisé par l'artère mésentérique inférieure.

5.1.1 - Origine

Face ventrale de l'aorte abdominale rétro-péritonéale à hauteur de L3

5.1.2 - Trajet

Elle décrit un arc concave à droite.

5.1.3 - Terminaison

à la charnière recto-sigmoïdienne, à hauteur de S3, par l'artère rectale supérieure.

5.1.4 - Collatérales

* A. colique supérieure gauche. L’artère colique supérieure droite va s’anastomoser avec l’artère colique supérieure gauche formant l'arc artériel para-colique (arcade de Riolan), très important puisque constituant le seul système anastomotique artériel entre artères MS et MI.
* A. colique moyenne gauche
* A. colique inférieure gauche ou tronc des sigmoïdes qui donne 3 artères :

- artère sigmoidienne supérieure qui s’anastomose avec l'artère colique moyenne
- artère sigmoidienne moyenne pour la boucle sigmoïdienne
- artère sigmoidienne inférieure pour la portion descendante du sigmoïde et qui s’anastomose, de façon inconstante, avec l'artère rectale supérieure

5.2 - VEINES

Elles confluent toutes vers la veine mésentérique inférieure qui en s’anastomosant avec la veine splénique forme le tronc spléno-mésaraïque. Ce dernier, en s'unissant à la veine mésentérique supérieure, contribue à la formation de la veine porte.
5.3 - LYMPHATIQUES

Ils ont même disposition qu’à droite et rejoignent aussi les chaînes lymphatiques latéro-aortiques et en particulier le nœud rétro-pancréatique.

5.4 - NERFS

Ils proviennent du plexus mésentérique inférieur situé autour de l'origine de l'artère mésentérique inférieure et issu du plexus coeliaque.